• La résurrection partielle du gnosticisme dans l’islam

    La résurrection partielle du gnosticisme dans l’islam
    Mahomet, le nouveau Marcion de l’Arabie

    Par Masud Masihiyyen

    La négation de la crucifixion de Jésus dans le Coran (Sourate 4:157) qui vise l'un des dogmes fondamentaux du christianisme ne peut être considérée ni comme une doctrine intrinsèquement islamique ni comme originale.
    (…)
    certains groupes hérétiques qui se formèrent dés le début de la période apostolique et acquirent une grande diffusion au cours du second siècle refusaient de croire à la réalité de la crucifixion. Malgré des variantes mineures, les adeptes de ces groupes étaient connus sous le terme collectif de "gnostiques" et affirmaient que la crucifixion du Messie n’était qu’une hallucination.
    (…)
    certains musulmans se réfèrent au rejet de la crucifixion dans les premiers temps de l'Eglise pour étayer historiquement leurs allégations concernant la crucifixion de Jésus dans le Coran. C'est pourquoi il est nécessaire d'analyser à la fois les doctrines gnostiques et islamiques sur la mort de Jésus et pour juger si le gnosticisme tient la négation de la crucifixion du Christ de l'Islam.
    (…)

    Le mot «gnostique» est dérivé du mot grec "gnosis" qui signifie "connaissance". Les adeptes de la gnose 4 rejetaient la doctrine fondamentale du christianisme du salut à travers la mort expiatoire du Christ en faveur de l'acquisition du secret de la «connaissance» comme véritable source de la rédemption. L'idée que les croyants puissent acquérir le salut par la connaissance de certaines doctrines secrètes de Jésus non seulement séparait officiellement les gnostiques des membres de l'Eglise universelle mais faisait également du gnosticisme une philosophie élitiste sanctifiant plus la connaissance que le sacrifice de Jésus.
    (…)
    L'une des courants incontournables du Gnosticisme était le docétisme qui niait avec véhémence la réalité de la crucifixion du Sauveur en présentant sa mort comme une illusion. (…)le refus de la réalité de la crucifixion de Jésus découlait naturellement de l'aversion gnostique envers le corps humain 6 . Ce dégoût du corps humain était incompatible avec la doctrine chrétienne de l'Incarnation qu’ils méprisaient et rejetaient avec celle de la mort du Sauveur:
    (…)

    Les Gnostiques affirmaient que Jésus n'avait jamais pris une vraie enveloppe corporelle car, si cela avait été le cas, il aurait été corrompu par le mal intrinsèque de la matière et que son existence corporelle n'avait été qu'une illusion. Quand il fut crucifié, son esprit s’était envolé de sorte qu'il n'avait en réalité jamais connu la mort.7.

    Au cœur du Gnosticisme (…) la matière était assimilée au mal par opposition à l’esprit. Cet enseignement conduisit les gnostiques à adopter une doctrine selon laquelle le corps humain est lui-aussi intrinsèquement impur et mauvais parce qu'il ressort du domaine de la matière. Par conséquent, les gnostiques commencèrent à percevoir Jésus comme un Esprit suprême qui avait libéré ses disciples de leur prison corporelle par la révélation de certains secrets :

    Le Dieu inconnaissable était bien trop pur et parfait pour avoir quoi que ce soit de commun avec l'univers matériel qui était considéré comme le mal. C’est pourquoi Dieu générait des divinités inférieures ou émanations. L’une de ces émanations, la sagesse, voulut connaître le Dieu inconnaissable. Cette frustration engendra un dieu malveillant, le démiurge, et c’est ce dieu du mal qui créa l'univers. Avec l’aide des archontes, il réduisit les mortels en esclavage en les enfermant dans la matière et s’efforçait depuis d'empêcher les esprits purs de l’âme de remonter à Dieu après la mort du corps physique. Puisque, selon les gnostiques, la matière est le mal, la délivrance de la forme matérielle n’était réalisable que par la connaissance secrète révélée par les enseignements des maîtres gnostiques. Le Christ était le Divin Rédempteur, qui descendit du royaume spirituel pour révéler les connaissances nécessaires à ce rachat. En conclusion, le gnosticisme est dualiste. Autrement dit, il enseigne qu’il y a le bien et le mal, l’esprit et la matière, l’ombre et la lumière, etc. que l'univers est dualiste.8.

    Il est évident qu'aucun des enseignements gnostiques n’a de lien avec l'Islam ou ses allégations concernant la crucifixion de Jésus. L'argument selon lequel le gnosticisme témoigne d’une l'influence de l'islam en particulier dans le cas du déni de la crucifixion de Jésus n'a aucune base historique ou théologique. Plus précisément, les gnostiques ne considéraient pas Jésus comme un prophète ordinaire qui aurait miraculeusement été sauvé de la mort alors qu’il était entre les mains de ses adversaires, mais liaient théologiquement leur refus de la doctrine chrétienne de la crucifixion à l’avilissement du corps humain. Ceci conduisait naturellement à la négation de l'humanité de Jésus et à le présenter comme un esprit divin sauveur. En bref, le gnosticisme accentuait la divinité de Jésus, dont le corps humain n'était qu'une illusion, contraste frappant avec l'Islam qui veut dépeindre Jésus comme l'un des simples prophètes humains du passé.
    (…)

    Pourquoi l'islam a-t-il adopté l'hérésie gnostique ?

    Pourquoi le Coran reprend-t-il la théorie de l'illusion des gnostiques tout en soulignant l'humanité de Jésus au détriment de sa divinité? Il s'agit d'une question rationnelle et difficile qui expose les liens cachés entre les hérésies gnostiques et le déni islamique de la crucifixion. A première vue, il n'est pas évident de comprendre pourquoi Mahomet a choisi de reprendre les vues gnostiques répudiant la passion de Jésus. Tout en commentant les sources chrétiennes du Coran, le Révérend Clair Tisdall remarque que l'adoption par Mahomet de l'hérésie gnostique concernant la crucifixion de Jésus fut un peu le fruit du hasard, le produit d’une réaction émotionnelle envers les Juifs :

    Le déni par Mahomet de la mort du Christ sur la croix ne peut trouver son origine dans l'autorité, aussi indigne de confiance soit-elle, de son Évangile apocryphe favori. Il est inutile de préciser qu'il contredit à la fois les prophètes de l'Ancien Testament et les Apôtres du Nouveau Testament, quoique sans doute simplement par ignorance. Il lui semblait probablement contraire à la dignité du Christ d'avoir été crucifié et mis à mort par ses ennemis et Mahomet en fut d'autant plus convaincu quand il réalisa que ses propres ennemis, les Juifs, se réjouissaient d'avoir tué Jésus. C'est pourquoi il reprit avec enthousiasme les affirmations de certains hérésiarques dont, à d'autres égards, les opinions avaient peu de points communs avec les siennes. 9.



    Alors que les hérésies gnostiques avaient des raisons à la fois théologiques et philosophiques de décrocher Jésus de la croix, on ne peut pas en dire autant de l'islam. Pour la gnose, qui séparait radicalement la matière (et la chair) de l'âme à cause de son mode de pensée dualiste, l'acceptation de la crucifixion aurait représenté une contradiction majeure, une auto-négation même. Dans le Coran, il est par contre impossible de trouver le moindre motif théologique ou philosophique qui implique le rejet de la passion de Jésus et son sauvetage de la croix puisque que l'Islam n’adopte pas le point de vue gnostique que la chair est mauvaise.
    (…)

    Pour être honnête, l'Islam contredit ouvertement le gnosticisme quand il met l'accent sur la nature humaine de Jésus tout en rejetant la croyance chrétienne en la divinité de Jésus. Pour rejeter le principe d'un Jésus divin, le Coran affirme que le Messie Jésus n’est rien de plus qu'un prophète et se concentre sur la nature humaine de Jésus en faisant abstraction de la doctrine chrétienne de l'incarnation. Selon les auteurs du Coran, le simple fait que Jésus mangeait suffit à prouver qu'il était un homme puisqu’il éprouvait les faiblesses de la chair :

    Le Messie, fils de Marie, n'était qu'un Messager. Des messagers (comme lui) sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent . (Sourate 5:75)

    En outre, le Coran contient deux récits de la naissance de Jésus et de son enfance qui sont tous deux des plagiats des Évangiles apocryphes de l'enfance. Le récit sur Marie et Jésus du chapitre 19 du Coran est une version déformée et retravaillée des récits enregistrés dans l'Evangile du Pseudo-Matthieu et dans l'Évangile arabe de l'Enfance alors que la source du récit du chapitre 3 des écritures islamiques est l'évangile de l'enfance de Jacques. 10. L'incorporation de récits non canoniques sur la Nativité de Jésus dans le Coran est dans ce contexte assez contradictoire étant donné que, par ces histoires, Mahomet trahit les doctrines fondamentales gnostiques. Si un adepte de la gnose revenait et lisait ce que le Coran enseigne à propos de la crucifixion de Jésus, il collerait certainement à Mahomet l’étiquette de traître dépouillant le gnosticisme de son essence et le déformant pour ses intérêts personnels.
    (…)

    Il ressort clairement des enseignements gnostiques que pour eux la mort physique de Jésus était naturellement impossible et impensable puisqu’ils considéraient qu’il n’avait pas de corps réel. En d'autres termes, le rejet de la crucifixion dans le gnosticisme découle tout naturellement du dogme de base que Jésus n'était pas véritablement humain. Si l'on compare cela avec le rejet de la passion de Jésus dans le Coran, nous voyons que Mahomet a agi arbitrairement et a choisi de borner son refus à la réalité de la mort de Jésus sur la croix. La stratégie de Mahomet se limita donc à promouvoir la théorie gnostique de l'illusion, ce qui prouve de l'adaptation de certains enseignements gnostiques à la religion fabriquée par Mahomet. Le Gnosticisme était le fruit de la déformation de la foi chrétienne, le rejet islamique de la mort de Jésus est le fruit de la déformation des enseignements gnostiques.

    (…)

    Tout en cherchant une réponse à la question de savoir pourquoi Mahomet a choisi de nier la mort de Jésus sur la croix alors que ce déni allait tout de même lui donner beaucoup de peine, nous constatons que le refus islamique ne prit forme qu’assez lentement et, étonnamment, que les versets coraniques reprenant la théorie gnostique de l'illusion ne furent formulés que tardivement après la migration de Mahomet à Médine. Fait intéressant, les versets coraniques qui appartiennent à la première période de l'Islam ne font pas plus référence à la crucifixion de Jésus qu’à son supposé sauvetage de la croix même s’ils soulignent l'incrédulité des juifs envers Jésus et la division religieuse d’Israël :

    Et quand Jésus apporta les preuves, il dit : "Je suis venu à vous avec la sagesse et pour vous expliquer certains de vos sujets de désaccord. Craignez Allah donc et obéissez-moi. Allah est en vérité mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc. Voilà un droit chemin. Mais les factions divergèrent entre elles . Malheur donc aux injustes du châtiment d'un jour douloureux! (Sourate 43:63-65)
    Tel est Issa (Jésus), fils de Marie : parole de vérité, dont ils doutent. Il ne convient pas à Allah de S'attribuer un fils. Gloire et Pureté à Lui ! Quand Il décide d'une chose, Il dit seulement : "Soi! " et elle est. "Certes, Allah est mon Seigneur tout comme votre Seigneur. Adorez-le donc. Voilà un droit chemin". [Par la suite,] les sectes divergèrent entre elles. Alors, malheur aux mécréants lors de la vue d'un jour terrible ! (Sourate 19:34-37)

    Il est très probable que Mahomet fut d'abord réticent à nier la crucifixion de Jésus car il ne la voyait pas comme un danger pour sa nouvelle idéologie louant Jésus comme un messager et le Messie. L'idée de rejeter la réalité de la crucifixion de Jésus lui vint graduellement à cause de la dégradation progressive de ses relations avec les Juifs de son époque. Plus Mahomet rencontrait de résistance auprès des Juifs, plus il avait besoin de les dénigrer. C’est de cette résistance à laquelle il ne s’attendait pas que datent les sentiments anti-juifs de Mahomet, sentiments qui prirent diverses formes. Par exemple, juste après la migration à Médine Mahomet lança ² officiellement sa campagne anti-juive par quelques versets qui accusaient les Juifs de fausser à dessein les Saintes Ecritures. C’était lié à son nouvel objectif de présenter les juifs comme des gens peu fiables et dangereux qui ne respectent même pas leurs propres Écritures et leur foi. Oubliant qu’à La Mecque son Dieu lui avait pourtant ordonné de consulter les «Juifs» en tant que lecteurs du «Livre» (Sourate 10:94), Mahomet affirmait maintenant que les Juifs étaient des gens malhonnêtes qui dissimulaient la vérité dans leurs écritures et pervertissaient leur livre :

    Eh bien, espérez-vous [Musulmans], que des pareils gens (les Juifs) vous partageront la foi ? Alors qu'un groupe d'entre eux, après avoir entendu et compris la parole d'Allah, la falsifièrent sciemment. (Sourate 2:75)
    Malheur, donc, à ceux qui de leurs propres mains composent un livre puis le présentent comme venant d'Allah pour en tirer un vil profit! - Malheur à eux, donc, à cause de ce que leurs mains ont écrit, et malheur à eux à cause de ce qu'ils en profitent! (Sourate 2:79)
    Et il y a parmi eux certains qui roulent leur langues en lisant le Livre pour vous faire croire que cela provient du Livre, alors qu'il n'est point du Livre ; et ils disent : "Ceci vient d'Allah", alors qu'il ne vient pas d'Allah. Ils disent sciemment des mensonges contre Allah. (Sourate 3:78)

    Par la suite, Mahomet aggrava encore ses accusations en stigmatisant de façon récurrente les Juifs comme une communauté d’incroyants qui persécutaient et assassinaient les serviteurs élus de Dieu (les messagers comme les prophètes). Bien que Mahomet ne soit jamais parvenu à citer un seul messager Israélite qui aurait été assassiné par les Juifs 12, il se complaisait à dépeindre les Juifs comme des infidèles assoiffés du sang des messagers:

    Certes, Nous avions déjà pris l'engagement des Enfants d'Israël, et Nous leur avions envoyé des messagers. Mais chaque fois qu'un Messager leur vient avec ce qu'ils ne désirent pas, ils en traitent certains de menteurs et ils en tuent d'autres. (Sourate 5:70)
    Allah a certainement entendu la parole de ceux qui ont dit : "Allah est pauvre et nous somme riches". Nous enregistrons leur parole, ainsi que leur meurtre, sans droit, des prophètes. Et Nous leur dirons : "Goûtez au châtiment de la fournaise. (Sourate 3:181)
    Certes, Nous avons donné le Livre à Moïse; Nous avons envoyé après lui des prophètes successifs. Et Nous avons donné des preuves à Jésus fils de Marie, et Nous l'avons renforcé du Saint-Esprit. Est-ce qu'à chaque fois, qu'un Messager vous apportait des vérités contraires à vos souhaits vous vous enfliez d'orgueil? Vous traitiez les uns d'imposteurs et vous tuiez les autres. (Sourate 2:87)

    Il est frappant de constater que cette campagne de diffamation nous rapproche de la solution du puzzle islamique du rejet de la crucifixion de Jésus et révèle les liens obscurs entre les hérésies gnostiques et l'islam.
    (…)

    Toutes ces références répétées à un prétendu martyre infligé aux messagers de Dieu par les Juifs n’empêchèrent pas Mahomet de prendre vis-à-vis de la communauté juive une attitude diamétralement opposée dès que la mort de Jésus était évoquée. La seule déclaration du Coran qui nie ouvertement la crucifixion de Jésus et fasse sienne la théorie de l'illusion semble avoir été proférée lors d'un débat houleux entre Mahomet et des Juifs qui se vantaient de la mort de Jésus des mains de leurs ancêtres :

    « et à cause leur parole : "Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d'Allah...»(Sourate 4:157)

    Évidemment, cette pique verbale exaspéra Mahomet : les Juifs qu’il invitait à l'islam lui rétorquaient que la crucifixion était le signe de l’échec de Jésus et de la fausseté des doctrines relatives à sa naissance miraculeuse et à son identification au Messie. Cet argument amena Mahomet à la conclusion qu’admettre la mort humiliante de Jésus sur la croix reviendrait à concéder une défaite face aux Juifs. En d'autres termes, Mahomet se convainquit facilement que la crucifixion de Jésus représentait une faiblesse et un obstacle pour son idéologie. Mahomet rejoignit donc tout naturellement le camp de ceux qui jugeaient que la croix de Jésus était une folie et une honte qui devait être cachée. L'apôtre Paul avait prédit ce genre d'approche du message de la croix et réprimandé les gens qui avaient honte de la crucifixion :

    Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. Aussi est-il écrit: Je détruirai la sagesse des sages, Et j'anéantirai l'intelligence des intelligents. Où est le sage? où est le scribe (l'expert dans la loi mosaïque)? Où est le disputeur de ce siècle? Car puisque le monde, avec sa sagesse, n'a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse : mais nous prêchons un Christ crucifié ; scandale pour les Juifs et folie pour les païens. Mais pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs, le Christ est la puissance et la sagesse de Dieu. Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. (1 Corinthiens 1:18-25)

    En tant que leader essentiellement politique de son époque, Mahomet n'a pas compris que la croix représentait la sagesse et la force de Dieu. Ironiquement, il se rapprocha des Juifs en ce qu'il convenait avec eux que la crucifixion de Jésus était une honte et un déshonneur pour sa foi.
    (…)

    Mahomet pouvait bien être reconnaissant envers les hérésies gnostiques et leur réserva une place dans son Coran, bien qu'il ait dénaturé la doctrine fondamentale gnostique basée sur la dualité entre la matière et l'esprit. Fait intéressant, cette nouvelle version coranique du docétisme gnostique remplace la lutte éternelle entre la matière et l'âme par celle entre les Juifs et les Musulmans. En fait, ce qui convainquit Mahomet d’adopter le refus gnostique de la crucifixion était que lui et les gnostiques avaient un ennemi commun : les juifs.

    Le mode de pensée dualiste de la gnose lié à l'affrontement constant entre les couples d’opposés (la chair contre l'âme, l'obscurité contre la lumière, la mort contre la vie, etc) stigmatisait inévitablement les Juifs comme la communauté du mal par excellence à cause de leur inféodation à la Loi et au corps. La projection de la lutte des contraires sur le plan de la race et de la politique aboutit à la thèse selon laquelle les Juifs correspondaient au mal et à la chair mortelle parce qu'ils suivaient obstinément la loi mosaïque au détriment d’une soi-disant rédemption par l'acquisition de la connaissance secrète de Jésus. Cette dangereuse tendance à associer les Juifs avec un monde matériel «pécheur et mortel» adorant la chair et haïssant l'âme engendra de nouvelles formes d’hérésies gnostiques abhorrant non seulement les Juifs en tant que tels mais aussi leur religion et leur Dieu.


    Il est vrai que les chrétiens, en tant que disciples de Jésus le Messie, s’étaient radicalement démarqués des Juifs, suite à cette rupture on commençait à cibler la foi des Juifs au point même de rejeter le Dieu d'Israël avec sa nation au moment où le gnosticisme menaçait de prendre le dessus sur le christianisme traditionnel. Au cours du second siècle après Jésus-Christ, un homme nommé Marcion mis en grave danger la foi chrétienne en tentant de distinguer Jésus, le Dieu bon, du soi-disant Dieu mauvais de l'Ancien Testament. Le Marcionisme 13 fut le nom donné à cette redoutable nouvelle hérésie à laquelle l'Eglise dût faire face à ses débuts. L’objectif de Marcion était d’éliminer la Torah des Ecritures chrétiennes et sa farouche opposition au Dieu des Juifs illustre à quel point la structure dualiste du gnosticisme avait assimilé les juifs avec la matière et la prétendue corruption du corps humain. Cette tendance à stigmatiser les Juifs en tant que communauté vicieuse et pécheresse devint un élément incontournable des enseignements gnostiques. C’est ainsi que le gnosticisme en vint à refléter des idées et des doctrines antisémites 14. .

    Il ne fait aucun doute que Mahomet n’appréhendait pas le moins du monde la logique théologique du Gnosticisme. Cependant, il reprit la théorie gnostique de l'illusion qui lui permettait de laisser la négation de la crucifixion de Jésus faire son chemin dans son Coran : il avait bien compris que les implications anti-juives des hérésies gnostiques étaient parfaitement appropriées à sa nouvelle idéologie nommée islam. Aux yeux de Mahomet, les Juifs étaient de dangereux et perfides adversaires politiques. C'est pourquoi il mit les Juifs au même niveau que les « cruels païens », tandis qu'il faisait l'éloge des chrétiens pour leurs bonnes relations avec les musulmans :

    Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants. Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : "Nous sommes chrétiens." C'est qu'il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu'ils ne s'enflent pas d'orgueil. (Sourate 5:82)

    La haine anti-juive de Mahomet à partir de l'époque médinoise du Coran allait cependant au-delà d’une simple rivalité politique et cette inimitié reflète les effets de certaines doctrines gnostiques sur la façon dont Mahomet voyait les Juifs. Par exemple, il ajouta au Coran un verset soulignant la distinction entre les Juifs et les chrétiens en matière de miséricorde, ce qui implique que ceux qui suivaient Jésus (les chrétiens) étaient plus cléments et plus doux que ceux qui ne croient pas en Jésus (les Juifs). Cette description pourrait remonter aux hérésies gnostiques (le Marcionisme par exemple) qui stigmatisaient les juifs comme un peuple cruel :

    Ensuite, sur leurs traces, Nous avons fait suivre Nos [autres] messagers, et Nous les avons fait suivre de Jésus fils de Marie et lui avons apporté l'évangile, et nous avons mis dans les coeurs de ceux qui le suivirent douceur et mansuétude.

    (…)

    Le parallélisme entre la propagande antisémite de Mahomet et certains des enseignements gnostiques qui visaient les juifs devient évident dans le récit de la vie de Jésus apparut pendant la période Médinoise du Coran. Comme nous l’avons énoncé auparavant, le choix de Mahomet de démentir la mort de Jésus dérive et se nourrit du Docétisme gnostique qui avait désigné les juifs comme l'ennemi maudit bien avant que Mahomet vienne au monde et se soit fait prophète. Poursuivant son alignement sur les hérésies gnostiques sur la mort de Jésus, Mahomet, pour la première fois, enseigna que l'incrédulité juive allait bien au-delà d’une simple résistance et que les juifs avaient réellement essayé de massacrer Jésus. Il argua que cette tentative avait échoué parce qu'Allah avait répliqué par une bien meilleure machination et avait sauvé Jésus de ses adversaires :

    Et ils [les juifs] se mirent à comploter. Allah a fait échouer leur complot. Et c'est Allah le meilleur des comploteurs ! (Sourate 3:54)

    Bien que dans la Sourate 3 Mahomet ait clairement nié que Jésus ait été massacré par les juifs, il n'expliqua la réalité historique de la passion de Jésus par une illusion qu’une fois qu’il eut concocté la 4ième sourate. Une fois encore, le verset rejetant la réalité de la crucifixion de Jésus de la 3ième sourate montre l'influence des enseignements gnostiques de plusieurs manières. D'abord, le fait que l'affirmation que Jésus n'a pas été massacré par les juifs soit directement associée à l'élévation de Jésus. En second lieu, les phrases censément adressées par Dieu à Jésus correspondent parfaitement aux enseignements anti-Juifs propagés par le Gnosticisme :

    C’est alors que Dieu dit : "Ô jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi, te purifier, te débarrasser des négateurs (ceux qui n’ont pas cru) … (Sourate 3:55)

    Le dieu de Mahomet explique dans ce verset que c’était pour « purifier » Jésus de ceux qui ne crurent pas en Lui qu’il l’a ramené au ciel. Sachant que « les négateurs » sont les juifs, la question de savoir pourquoi c’est le verbe « purifier » qui est spécifiquement employé dans ce verset s’explique. L'élévation de Jésus dans les textes sacrés islamiques correspond à sa purification des juifs parce que le dieu de Mahomet a pensé que les juifs étaient des personnes impures qui souillèrent Jésus en ce monde. Cela correspond parfaitement avec ce que certaines hérésies gnostiques - par exemple le Marcionisme - enseignaient au sujet des juifs.

    De plus, l’allégation islamique d’un Jésus purifié des juifs par son élévation est également liée à la description gnostique de la création de l’homme comme un emprisonnement de l'âme dans le corps néfaste. En conséquence, en théologie gnostique la mort est équivalente à la libération de l’âme de la prison du corps mortel et du monde matériel. La haine et la politique anti-juive de Mahomet ont déformé cette théologie et engendré la présentation des juifs comme une malsaine communauté d’incroyants qui voulurent humilier et tuer Jésus. (…)



    Il est probable que Mahomet n’eut jamais connaissance de la théologie chrétienne de la passion de Jésus ni du sens de la crucifixion dans le dogme chrétienne du salut.(…)
    En analysant le contexte du démenti islamique de la crucifixion, il faut également envisager que Mahomet entendit et sut au moins partiellement ce que les chrétiens croyaient de la mort de Jésus des mains des juifs mais qu’il ne se sentit pas concerné par la doctrine chrétienne du salut par le sacrifice de Jésus parce que ce principe ne le servirait pas sa lutte politique contre les juifs.
    (…)
    Puisque la priorité de Mahomet était de flétrir les juifs en se servant de Jésus, expliquer que la crucifixion avait échoué grâce à une duperie servait parfaitement le dessein islamique de faire passer les juifs pour une communauté d’égarés qui subissait le châtiment d’avoir voulu crucifier Jésus.

    Le résultat de cette stratégie fut un basculement fondamental transformant le credo du salut universel dans le christianisme en un avilissement des juifs dans l'Islam. Mahomet se complaisant à transformer Jésus de Nazareth en une arme politique anti-juive étonnamment puissante et maniable, il devait pour ce faire dissocier Jésus de la croix et de la doctrine chrétienne fondamentale du salut. En conséquence, dans l'écriture sainte de Mahomet la crucifixion de Jésus cessa de représenter l'amour divin et la grâce prodiguée par le père Miséricordieux pour se transformer en principal instrument de la haine divine contre la communauté juive. C'est pourquoi dans le Coran, Jésus n'est pas l'Agneau de Dieu offert pour l'alliance éternelle entre Dieu le Père et ses enfants, mais est un sacrifice offert pour satisfaire le désir de revanche Mahomet sur les juifs, les meurtriers de tous les anciens messagers.

    La reprise par Mahomet de la théorie gnostique de l'illusion fut certainement liée à sa haine des juifs. L’allégation que la crucifixion de Jésus n’était qu’une illusion optique crée par le pouvoir et la sagesse d'Allah est le point culminant d'une campagne politique islamique à long terme qui voulait faire du mot « juif » un synonyme du mot « fou». Cet objectif est évident dans la supposition islamique qu'Allah, en dépit de son honnêteté primordiale, a réussi à tromper les Juifs en leur faisant tuer quelqu'un d'autre à la place de Jésus. La duperie des juifs alléguée par le Coran prend la forme d'une malédiction éternelle qui condamne la race juive à l'ignorance et à l’égarement. En bref, le dieu de Mahomet a sacrifié son honnêteté pour que Mahomet puisse punir et se moquer des juifs tandis que Mahomet devenait le Marcion moderne de l'Arabie.

     

    Source

    http://answeringislam.net/authors/masihiyyen/gnostic_islamic_crucifixion.html

    « Les vrais acquis sémantiques et lexicaux de la wahhabisation de la société tunisienne.l’islam doit se protéger contre le péril démocratique »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :